au service de tous, partout !

> A votre écoute

a votre ecoute

 

Une question, une remarque, une suggestion ? Nous nous engageons à vous répondre dans les plus brefs délais.

EN 1 CLIC au quotidien

Carte de crédit

Paiement
en ligne

taxesejour

Taxe de Séjour

spoon knife
Les Menus

Smirtome

Déchets

attachment

Démarches
administratives

 briefcase

Marchés

publics

info

Infos 
travaux

link

Liens utiles

aid kit

Urgences

sun

Tourisme

user tie

Décideurs

man woman
Famille

 book

Ecole

happy

Jeunes

hipster

Séniors

users

Handicap

plui
PLUI

video camera

Web-TV

 mail2
Nous contacter

> LA METEO

 

 

 

VAN HOORNE
 
Maire :
Monsieur Philippe VAN HOORNE
Adresse de la mairie :
Place Fulbert De Beina
Mairie
61300 L'AIGLE
Tél. :
02 33 84 44 44
Fax :
02 33 84 94 94
E-mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site web :
www.ville-laigle.fr
Population totale (2014) :
8242 habitants


 

L'AIGLE

L'Aigle est une ville française, située dans le département de l'Orne et la région de Basse-Normandie. Ses habitants sont appelés les Aiglons et les Aiglonnes.


Agrandir le plan

 

 

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aigle (homonymie) et Laigle (homonymie).

L'Aigle
L'Aigle
Le château, hôtel de ville de L'Aigle.
Blason de L'Aigle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton L'Aigle
Intercommunalité Communauté de communes des Pays de L'Aigle
Maire
Mandat
Philippe Van-Hoorne
2017-2020
Code postal 61300
Code commune 61214
Démographie
Gentilé Aiglons
Population
municipale
8 075 hab. (2016 en augmentation de 1,32 % par rapport à 2011)
Densité 448 hab./km2
Population
aire urbaine
19 725 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 54″ nord, 0° 37′ 39″ est
Altitude Min. 195 m
Max. 277 m
Superficie 18,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
L'Aigle

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
L'Aigle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Aigle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Aigle
Liens
Site web ville-laigle.fr

L'Aigle (prononcé [lɛɡl] Écouter, écrit Laigle jusqu'en 1961) est une commune française, située au nord-ouest de la France, au confluent de la Risle, dans le département de l'Orne, en région Normandie. Peuplée de 8 075 habitants[Note 1], elle est la quatrième ville de l'Orne, bien qu'elle ne soit pas chef-lieu d'arrondissement (cette place revient à Mortagne-au-Perche).

Ses habitants s'appellent les Aiglons. Elle est la capitale du pays d'Ouche.

Lors de la bataille de Normandie, L'Aigle est libérée par les troupes alliées le .

L'Aigle, aux portes de l'Orne, se situe sur un grand axe de communication joignant le département de la Manche et le Mont-Saint-Michel ainsi que les portes de la Bretagne et le département d’Ille-et-Vilaine à l'ouest, à Paris à l'est. Elle est reliée à la capitale, située à 140 km à l'est, par la voie ferrée, la route nationale 12 et l'autoroute de Normandie.

L'Aigle fait partie de la gastronomie normande, avec son cervelas, plat typique des Aiglons et de la cuisine normande.

La ville conserve une économie manufacturière.

Géographie

Situation géographique

L'Aigle est située en Europe continentale, dans le Grand Ouest de la France.

Principale ville du pays d'Ouche constitué d'une partie du Nord-Est du département de l'Orne et du Sud-Ouest de celui de Eure, elle est située est à l'ouest du Bassin parisien, séparée du Massif armoricain par la plaine d'Argentan. Elle est proche du pays d'Auge au nord et du Perche au sud. L'Aigle et sa région se situent à un carrefour au centre de la Normandie et proche du Centre-Val de Loire, reliant, ainsi, les grandes villes.

La ville est centrée sur la vallée de la Risle, elle est délimitée par la Charentonne au nord et par l'Iton au sud-est. Historiquement, la ville de L'Aigle est la capitale du pays d'Ouche, couvrant une partie du Nord-Est du département de l'Orne et le Sud-Ouest de celui de Eure.

L'Aigle est située à 9 km de Rugles, à 11 km de Glos-la-Ferrière, à 13 km de La Ferté-Frênel, à 18 km de Moulins-la-Marche, à 22 km de Tourouvre, à 23 km de Verneuil-sur-Avre, à 27 km de Gacé, à 28 km du Merlerault, à 30 km de Mortagne-au-Perche et à 36 km d'Orbec[1].

L'Aigle se trouve sur la route Paris (137 km) - Granville (184 km), via Versailles (117 km), Dreux (57 km), Argentan (55 km), Flers (99 km) et Vire (125 km)[1].

Communes limitrophes

Communes limitrophes de L'Aigle[2]
Saint-Symphorien-des-Bruyères Saint-Sulpice-sur-Risle Saint-Sulpice-sur-Risle
Rai L'Aigle[2] Saint-Sulpice-sur-Risle,
Saint-Michel-Tubœuf (sur quelques dizaines de mètres)
Écorcei La Chapelle-Viel Saint-Ouen-sur-Iton

Les villes les plus importantes autour de L'Aigle :

Hydrographie

La ville est drainée par plusieurs bras de la Risle, affluent de la Seine et plusieurs ruisseaux, dont le ruisseau du Gru qui y conflue.

Transports et communications

Desserte ferroviaire

La ville dispose d'une gare SNCF. La gare de L'Aigle est située sur la ligne de Saint-Cyr à Surdon. Elle est desservie par les trains TER Basse-Normandie, TER Haute-Normandie et Intercités Normandie

Réseau interurbain

La gare est desservie par la ligne autocars TER Basse-Normandie gare de L'Aigle - gare de Surdon.

Aérodrome

Sur le territoire de la commune de Saint-Sulpice-sur-Risle se trouve l'aérodrome de L'Aigle - Saint-Michel utilisable en vol de jour VFR pour aviation légère et ULM.

Toponymie

Le nom de L'Aigle est attesté pour la première fois en 1055 sous la forme latinisée Aquila[3], traduction latine du mot aigle. Selon Orderic Vital, un nid d'aigle aurait été découvert lors de la construction du château par Fulbert de Beina au XIe siècle. Les spécialistes les plus récents[4],[5],[6] rejettent tous cette explication comme légendaire ou fantaisiste, mais la raison de l'appellation demeure à ce jour incertaine.

Le , « Laigle » reprend le nom de L'Aigle qu'elle portait autrefois (voir la carte de Cassini)[7].

Les habitants s'appellent les Aiglons.

Histoire

La gare de L'Aigle, vue ici au début du XXe siècle, a été ouverte en 1866.

En 1077, alors que Guillaume le Conquérant est à L'Aigle pour préparer une expédition contre Rotrou du Perche, éclate une dispute entre ses fils qui amène la rébellion de Robert Courteheuse contre son père. En 1119, en guerre contre Henri Ier Beauclerc, Louis VI s'empare de la ville qui est incendiée. Il en confie la garde à Hugues II de Châteauneuf, le puissant et belliqueux seigneur du Thymerais voisin.

Le , le connétable de France, Charles de La Cerda, est assassiné par des hommes de Charles le Mauvais, roi de Navarre.

Article détaillé : Assassinat de Charles de la Cerda.

L'Aigle fut le centre de la fabrication du fer dans le pays d'Ouche, puis celui de la fabrication des épingles[8].

« Laigle » est chef-lieu de district durant la Révolution.

Le , une météorite se fragmente au-dessus de la ville et une pluie de plus de 3 000 pierres tombe dans une vaste zone de 600 hectares entre L'Aigle et Glos-la-Ferrière. Jean-Baptiste Biot prouvera, à la suite de son enquête sur place, l'origine extra-terrestre des météorites. Le champ de dispersion de cette météorite, ellipse de 8 km sur 4, est suffisamment important pour que des chasseurs de météorites continuent d'y rechercher des fragments[9].

Article détaillé : Météorite de L'Aigle.

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune se trouve depuis 1942 dans l'arrondissement de Mortagne-au-Perche du département de l'Orne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la deuxième circonscription de l'Orne.

Elle était de 1793 à 1982 le chef-lieu du canton de L'Aigle, année où celui-ci est scindé entre les cantons de L'Aigle-Ouest et de L'Aigle-Est[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la ville devient le bureau centralisateur d'un nouveau canton de L'Aigle.

Intercommunalité

La ville était le siège de la communauté de communes du Pays de L'Aigle, créée fin 1994 et qui regroupait 15 communes.

Cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes des Pays de L'Aigle et de la Marche, dont la ville est le siège de 2013 à 2016.

Dans le cadre des prescriptions de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (sous réserve de certaines dérogations bénéficiant aux territoires de très faible densité), la petite communauté de communes du canton de La Ferté-Frênel, qui n'atteignait pas ce seuil, fusionne avec la communauté de communes des Pays de L'Aigle pour former, le , une nouvelle intercommunalité, la communauté de communes des Pays de L'Aigle, dont la ville reste le siège.

Tendances politiques et résultats

Administration municipale

Compte-tenu de la population de la ville, son conseil municipal est composé de vingt-neuf membres dont le maire et ses adjoints.

Liste des maires

Article détaillé : Liste des maires de L'Aigle.
Liste des maires successifs depuis la Libération de la France[10]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1965 Ernest Voyer[11] UDSR
puis
RPF
Ingénieur, Résistant
Président de la délégation spéciale de L'Aigle à la Libération
Conseiller général de L'Aigle (1944 → 1965)
Député de l'Orne (1945 → 1946 et 1962 → 1967)
1965 1989 Roland Boudet PLE Imprimeur
Conseiller général de L'Aigle (1964 → 1982)
Conseiller général de L'Aigle-Est (1982 → 1988)
Député de l'Orne (1958 → 1962 et 1967 → 1978)
1989 1995[12],[13] Maurice Brard DVD Commerçant
Conseiller général de L'Aigle-Ouest (1982 → 1998)
Démissionnaire
février 1995 juin 1995 Jean Lesage[14]   Président du Sirtom de la région de L’Aigle (1984 → 1996)
Chevalier du mérite social et de la jeunesse et des sports
1995 2001 André Grudet[15] PS[16] Conseiller général de L'Aigle-Est (1988 → 2001)
2001 mars 2008 Jean-Pierre Yvon[17],[18] RPR puis UMP Conseiller général de L'Aigle-Ouest (1998 → 2011)
Suppléant du député Jean-Claude Lenoir
mars 2008[19],[20] mars 2014[21] Thierry Pinot MoDem[22] puis PRG Dessinateur-métreur, directeur du centre aquatique de Mortagne-au-Perche
Vice-président de la CC des Pays de L'Aigle et de la Marche
mars 2014[23],[24] juillet 2017 Véronique Louwagie UMPLR Expert-comptable
Vice-présidente de la CC des Pays de L'Aigle (2017 → 2017)
Conseillère générale de L'Aigle-Ouest (2011 → 2014)
Conseillère régionale de Basse-Normandie (2010 → 2012)
Députée de l'Orne (2e circ) (2012 → )
Démissionnaire à la suite de sa réélection comme députée.
juillet 2017[25],[26] En cours
(au 12 février 2018[27])
Philippe Van-Hoorne DVD PDG retraité de Frénéhard et Michaux[28]
Vice-président de la CC des Pays de L'Aigle (2017 → )
Conseiller départemental de L'Aigle (2015 → )

Démocratie participative

La commune s'est dotée d'un conseil municipal des jeunes, qui a été renouvelé en 2018[29].

Budget et fiscalité

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[30] :

  • total des produits de fonctionnement : 6 600 000 , soit 816  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 6 306 000 , soit 773  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 954 000 , soit 239  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 2 483 000 , soit 304  par habitant.
  • endettement : 4 445 000 , soit 545  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 10,83 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 26,43 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 43,81 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Jumelages

L'Aigle est jumelée avec[31] :

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[33].

En 2016, la commune comptait 8 075 habitants[Note 2], en augmentation de 1,32 % par rapport à 2011 (Orne : -1,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
5 4095 9475 6395 4195 4545 5055 5845 6785 725
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
5 6765 8115 2855 1965 3035 1555 0785 1255 205
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
5 2425 6985 5215 7275 8496 0075 8696 4827 317
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
8 7029 6199 8349 4668 9728 4897 9758 0538 075
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement

Liste des établissements scolaires[réf. nécessaire]
Nom Statut Destination Année de création Adresse Image
École André-Mazeline Public École primaire - -
École Victor-Hugo Public École primaire - -
École Saint-Jean Privé École primaire - place du Marché-aux-Chevaux
Collège Molière Public Collège - rue du Collège
Collège Françoise-Dolto Public Collège 1992 5 bis, rue Souchey
Collège Foch Privé Collège - 14, boulevard Vaugeois
Lycée Napoléon Public Lycée (général, technologique et professionnel) - 15, rue des Sports

Culture

L'Aigle a un cinéma, « L'Aiglon », d'une salle de 289 places.

Sports

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Les clubs de sports
  • Le Football club du Pays aiglon fait évoluer deux équipes masculines de football en ligue de Basse-Normandie[35].
  • Le rugby reste le sport principal de la ville grâce à son club, le Club athlétique aiglon rugby, qui joue pour la saison 2014-2015 en Fédérale 3 après avoir passé de nombreuses années en Fédérale 2. C'est le club de rugby le mieux classé du département de l'Orne[Quand ?] dans la hiérarchie rugbystique. Il évolue au stade Jo-Maso.
  • Le Cercle associatif aiglon handball, ou CAA HB, fait évoluer plusieurs équipes au niveau régional. La A masculine a réussi à atteindre le niveau de pré-nationale en 2011/2012 et en 2013/2014.
Événements sportifs
  • Lutte :
L'Aigle a accueilli l'organisation des championnats de France de lutte UNSS le samedi 22 et dimanche 23 mai 2010, environ 400 lutteurs venus de toute la France[36]
  • ULM :
L'Aigle a accueilli en juillet 2015 le 20e Tour ULM, organisé par la Fédération française. L'aérodrome de L'Aigle a réuni 106 engins, accompagnés par deux hélicoptères et un avion. La 20e édition du Tour ULM prend son départ le samedi 25 juillet 2015 depuis l'aérodrome de L’Aigle, pour une arrivée le vendredi 31 juillet, après une boucle de 2 500 km en passant par la Bretagne, les côtes normandes, la Côte d'Opale, le Nord-Pas-de-Calais, le vignoble de Champagne et une étape au cœur de l’histoire aéronautique sur le terrain de La Ferté-Alais avant de rejoindre l'aérodrome de L'Aigle. Un Tour relativement petit en distance. L'aérodrome de L'Aigle avait déjà accueilli une étape du soir en 2005 et une étape du midi en août 2012[37].

Manifestations culturelles et festivités

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

De nombreux événements ponctuent la vie aiglonne comme la traditionnelle foire exposition des 4 Jours de L'Aigle qui s'y tient chaque week-end de l'Ascension. À cette occasion, la ville s'anime d'une grande fête foraine et de nombreuses parades.

Toute l'année, la saison culturelle de L'Aigle propose de nombreux rendez-vous de musique et théâtre à la salle de Verdun et artistiques à la salle d'exposition des Tanneurs. Le festival Jazz en Ouche est un moment fort de la cité pendant lequel des pointures du jazz s'y représentent le dernier week-end de novembre[38]. L'école de musique, la médiathèque et les associations culturelles organisent aussi de nombreux événements.

Économie

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La ville possède une antenne de la chambre de commerce et d'industrie d'Alençon.

C'est une cité manufacturière, par ses deux principales entreprises, Bohin France, le seul fabricant d'aiguilles à coudre en France, et IMV Technologies, aujourd’hui leader mondial sur le marché des biotechnologies de la reproduction animalière, mais aussi Frénéhard et Michaux, premier fabricant français en accessoires de couverture distribué exclusivement par les négociants du bâtiment, KME Brass France SAS, leader sur le marché français des produits en cuivre et alliages de cuivre, distribués sous forme de barres, tubes, laminés, et sous forme de fils et profilés en laiton. Jusqu’au 1er mai 2007, elle était connue sous le nom de Tréfimétaux SA.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Échoppe médiévale de style éclectique.
2 platanes tricentenaires.

Patrimoine architectural

Forte de ses 1 000 ans d'histoire, L'Aigle a gardé les traces des différentes périodes de son histoire :

Édifices civils et lieux remarquables
Édifices religieux

Les trois anciennes paroisses ont conservé leurs églises.

L'église Saint-Martin, construite et modifiée du XIe au XXe siècle, est classée au titre des monuments historiques[46], la cloche dite la Porcienne a, elle, été classée en 1971 au titre des objet mobiliers. Elle abrite de nombreuses œuvres classées à titre d'objets[47]. L'église principale de L'Aigle est placée sous le patronage du grand évêque de Tours mort en 397. L'édifice forme un ensemble original, mais harmonieux, dû à cinq époques. Son originalité réside dans la stratification architecturale qu'elle renferme : du XIe au XXe siècle , chaque période a laissé une trace.

L'église Saint-Jean, des XVe et XVIe siècles, est inscrite au titre des monuments historiques[48]. Elle recèle également quelques œuvres classées[47].
Primitivement chapelle funéraire à l'entrée du cimetière, elle fut érigée en église paroissiale vers 1350. Elle fut remaniée à la fin de l'époque gothique. De cette époque, date la structure de la nef et du chœur, des traces de baies sur le chevet et sur le mur nord, de la nef. La charpente de la nef est datée de 1555.

L'église Saint-Barthélemy, du XIIe siècle, est également inscrite aux Monuments historiques[49]. L'origine de cette église est assez mal connue, sa construction pourrait remonter à 1115. D'un aspect extérieur un peu austère, cette ancienne chapelle est dédiée à saint Maur et fut desservie par les moines du prieuré de Saint-Sulpice. Elle est une église paroissiale jusqu'au sous le nom de Saint-Barthélemy.

Patrimoine industriel

  • Usine de chaussures[50].
  • Fonderie[51].
  • Abattoir[52].
  • Tannerie, usine de blanchiment[53].
  • Tannerie, usine de construction mécanique[54].
  • Usine d'habillement[55].
  • Usine de quincaillerie[56].
  • Filature, usine de quincaillerie[57].
  • Usine de quincaillerie dite Manufacture Lherminier, puis S.A. des Tréfileries Françaises, puis S.A. des Établissements Dassonville et Fatus, puis S.A.R.L. des Établissements Fatus et Cie[58].
  • Usine à gaz[59],[60],[61],[56].
  • Usine d'aiguilles de Mérouvel[62].
  • Usine d'ébénisterie[63].
  • Tuilerie, briqueterie[64].
  • Moulin à foulon dit moulin à Toile[65].

Personnalités liées à la commune

Le lien avec le sujet de cet article devrait être précisé pour chaque élément cette liste.

Registres paroissiaux

La ville de L'Aigle a conservé les registres des baptêmes, décès, inhumations de ses trois anciennes paroisses ainsi que le mortuaire de l'Hôtel-Dieu.

Les registres de Saint-Jean, de Saint-Barthélemy, celui de l'Hôtel-Dieu sont entièrement dépouillés et publiés. Les registres de Saint-Martin, de très loin la paroisse la plus importante, sont en cours de dépouillement ; une partie, les mariages les plus anciens, est publiée.

Il existe à L'Aigle un notariat ancien. Une partie des contrats de mariage est dépouillée et publiée.

Héraldique

Armes de L'Aigle

Les armes de la commune de L'Aigle se blasonnent ainsi :
d'or à l'aigle bicéphale de sable, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or[68].

Gastronomie

L'Aigle « cité du Cervelas » et La Normandie peut se targuer d'avoir de nombreuses spécialités la cuisine normande et les spécialités les plus connues le camembert et le calvados (eau-de-vie).[pas clair]

La spécialité culinaires de la ville est le cervelas Aiglon, qui a été lancé dans les années 1970 par plusieurs charcutiers locaux. Cette spécialité charcutière a été défendue par son concepteur, Roger Norcini, durant de nombreuses années, lors des « 4 Jours de L'Aigle ». Georges Pompidou, président de la République, avait particulièrement apprécié cette spécialité et avait adressé ses félicitations aux créateurs[69]. Accompagnée de frites et d'une bolée de cidre, cette saucisse fumée est servie à la Chaumière du Cervelas, à l'occasion des « 4 Jours »[réf. nécessaire].

Le cervelas Aiglon, n'a rien à voir, hormis le nom, avec le cervelas classique. « Le cervelas Aiglon est composé de viande de porc issue de l'épaule, aromatisée au calvados, avec de l'ail et de l'oignon et il est fumé au bois de hêtre ». Le goût du cervelas aiglon ne ressemble ni d'aspect, ni de goût au cervelas classique. La chair et consistante et le petit goût fumé fort agréable..

Le cervelas aiglon peut se déguster tel quel, à l’apéritif mais aussi grillé, chaud ou froid, en salade, avec de la choucroute, de la potée, des lentilles, etc. Même dans des pizzas avec du camembert ou pour faire un rougaille saucisses-cervelas. « Il s’accommode dans tout ». On doit ce produit à un charcutier local, Roger Norcini, qui a eu l’idée, dans les années 1970, avec des amis bons vivants qui se réunissaient régulièrement pour jouer aux cartes, de faire une spécialité aiglonne « et c’est devenu la recette du cervelas aiglon ». Le cervelas aiglon a été protégé auprès de l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) en 2012 « car certaines brasseries vendaient pour du cervelas aiglon ce qui n’était que de la saucisse fumée. »[70]

Une confrérie du Cervelas aiglon a été créée en mai 2012, avec pour objectif de le promouvoir en France ainsi qu’à l’étranger[71].

L'Aigle et les arts

L'Aigle dans la littérature

La ville de L'Aigle, autrefois écrit sans apostrophe, est citée dans le chapitre XXI (Installation de Françoise et Lucie) du roman pour enfants de la comtesse de Ségur (1799-1874) Les Petites Filles modèles publié en 1858 en Bibliothèque rose qui est la suite des Malheurs de Sophie (1858) et précède Les Vacances (1859).

L'Aigle au cinéma

La région et tout particulièrement L'Aigle, est également un lieu d'accueil de tournage de films. Plusieurs films ou scènes de films ont pour décor le pays aiglon, tel que Malavita de Luc Besson.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale 2016, légale en 2019.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. a et b Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie XXXVI, Caen, 1961, p. 314, § 137.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963, p. 378b.
  5. Ernest Nègre, Toponymie Générale de la France, Genève, Droz, t. II, 1991, p. 1274, § 23673.
  6. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Caen, Presses universitaires de Caen / Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, 1993, p. 45a.
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Jean-Louis Peaucelle Adam Smith et la division du travail L'Harmattan, 2007.
  9. Alain Carion, « La chasse aux météorites », émission sur Ciel et Espace, 3 septembre 2009
  10. « Les Maires de L’Aigle », L’identité Aiglonne, sur https://www.ville-laigle.fr (consulté le 6 avril 2019).
  11. « Ernest Voyer (1896 - 1981). », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale
  12. « Un maire démissionne pour son hôpital », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  13. « Maurice Brard, ex-maire et commerçant », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  14. « L’Aigle : une rue porte le nom de Jean Lesage : L’inauguration a permis de rendre hommage à l’habitant, au sportif et à l’élu », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  15. « L'Aigle : André Grudet préside un comité de soutien autour de Thierry Pinot », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019) « André Grudet, maire de L'Aigle entre 1995 et 2001, préside le comité de soutien à la liste « L'Aigle change, continuons ensemble », menée par le maire sortant de la ville, Thierry Pinot ».
  16. « André Grudet, ancien maire soutient S. Delavallée », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019) « L'ancien maire PS, André Grudet, apporte son soutien à la liste « L'Aigle, une ville pour tous » conduite par Serge Delavallée ».
  17. « Jean-Pierre Yvon, l’ancien maire de L’Aigle, est décédé », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  18. Eric Mas, « Le décès de Jean-Pierre Yvon », Tendance Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  19. Jean-Luc Loury, « Thierry Pinot a réussi la capture de L'Aigle », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019) « « Après treize ans d'apprentissage, je me sens prêt pour la fonction » Dimanche soir, Thierry Pinot s'est donc emparé de la ville de L'Aigle, une victoire à l<¤>arraché : 89 voix d<¤>avance face au maire sortant UMP Jean-Pierre Yvon ».
  20. « Thierry Pinot, élu maire sans surprise », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019) « Thierry Pinot était le seul candidat. Il a obtenu 22 voix et 7 bulletins blancs (...) Élu en 1995, 1er adjoint d'André Grudet et 1er vice-président de la Cdc, de 1995 à 2001, il est réélu en 2001 comme conseiller d'opposition. Thierry Pinot est également président du Syndicat intercommunal à vocation unique ».
  21. « Municipales à L'Aigle : Véronique Louwagie élu, Thierry Pinot battu », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019).
  22. « Le MoDem a reçu la démission du maire de L’Aigle, Thierry Pinot », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  23. Christophe Meunier, « Municipales à l'Aigle: deux listes pour un face à face gauche-droite : La députée UMP Véronique Louwagie affronte le maire sortant PRG Thierry Pinot. Un classique face à face gauche droite dans une ville qui a toujours connu l'alternance depuis 1995 », France 3 Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019) « Elu en 2008 avec 80 voix d'avance, Thierry Pinot (PRG) brigue un second mandat à la mairie de l'Aigle. Face à lui, la députée UMP Véronique Louwagie ».
  24. « Véronique Louwagie élue maire par le conseil municipal : L'installation du conseil municipal s'est tenue vendredi soir à L'Aigle. Véronique Louwagie a été élue maire et six adjoints ont été désignés par les conseillers municipaux », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 6 avril 2019).
  25. Véronique Couvret, « Philippe Van-Hoorne, nouveau maire de L’Aigle : Sans surprise et sans suspense, Philippe Van-Hoorne, 63 ans, seul candidat pour succéder à Véronique Louwagie, a été élu maire de L'Aigle lundi 10 juillet 2017 », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019) « N’étant pas parlementaire, le nouveau maire de L’Aigle n’est pas concerné par la loi sur le non-cumul des mandats, ce qui ne l’empêche donc pas de cumuler les fonctions étant également vice-président de la Communauté de communes des Pays de L’Aigle et conseiller départemental. Le tout depuis 2014 (...) précisant que son statut de jeune retraité – il a quitté la direction opérationnelle du groupe Frénéhard et Michaux le 30 juin 2017 – lui donnait la disponibilité nécessaire pour exercer au mieux sa nouvelle fonction de maire. Fonction qu’il compte bien exercer à part entière et pas dans l’ombre de sa prédécesseure, comme il l’a annoncé ».
  26. « Philippe Van Hoorne, nouveau maire : Jusqu’alors conseiller délégué au développement économique, Philippe Van Hoorne, 63 ans, a été élu maire de L’Aigle par le conseil municipal, lundi 10 juillet 2017. L'élu divers droite succède ainsi à Véronique Louwagie, réélue députée en juin et concernée par la loi sur le non-cumul des mandats », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019).
  27. Thierry Roussin, « Thierry Pinot : « Je suis prêt à travailler avec le maire dans l’intérêt général » », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019) « Lors du conseil municipal du lundi 29 janvier, le maire de L’Aigle a de nouveau proposé à l’opposition « de travailler ensemble en se mettant autour d’une table ». L’offre sincère de Philippe Van Hoorne venait ponctuer un débat sur les moyens de réduire les coûts de fonctionnement de la Ville ».
  28. Claire Garnier, « Frénéhard & Michaux, du crochet de gouttière à la protection anti chute », L'Usine nouvelle,‎ 12/*/2014 (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019).
  29. « Conseil municipal des jeunes à L’Aigle. Dix-huit nouveaux élus, dix-huit forces de propositions : Le nouveau Conseil municipal des jeunes a pris place autour de la table récemment pour sa première séance », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2019).
  30. Les comptes de la commune sur Alize2
  31. Jumelages de L'Aigle sur le site de ville-laigle.fr (consulté le 4 juillet 2015)
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  35. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – FC du Pays aiglon » (consulté le 14 août 2015)
  36. Lutte UNSS. Les élèves du collège Molière qualifiés pour les France à Paris
  37. Le 20ème Tour ULM part de l’Aigle
  38. festival Jazz en Ouche
  39. « Château et ses communs », notice no PA00110681, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Hôtel Colombel de la Rousselière », notice no PA00110685, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Petit Hôtel Colombel », notice no PA00110686, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Ancien relais de poste », notice no PA00110687, base Mérimée, ministère français de la Culture
  43. Musée des instruments de musique
  44. Musées de la Seconde Guerre mondiale
  45. Les deux platanes tricentenaires labellisés Arbres remarquables de France
  46. « Église Saint-Martin », notice no PA00110684, base Mérimée, ministère français de la Culture
  47. a et b « Œuvres mobilières à L'Aigle », base Palissy, ministère français de la Culture.
  48. « Église Saint-Jean », notice no PA00110683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  49. « Église Saint-Barthélémy », notice no PA00110682, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Usine de chaussures », notice no IA00061075, base Mérimée, ministère français de la Culture type d'étude : repérage du patrimoine industriel
  51. « Fonderie », notice no IA00061049, base Mérimée, ministère français de la Culture
  52. « Abattoir », notice no IA00060941, base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. « Tannerie, Usine de blanchiment », notice no IA00061083, base Mérimée, ministère français de la Culture
  54. « Tannerie, Usine de construction mécanique », notice no IA00061052, base Mérimée, ministère français de la Culture
  55. « Usine d'Habillement », notice no IA00061054, base Mérimée, ministère français de la Culture
  56. a et b « Usine de quincaillerie », notice no IA00061077, base Mérimée, ministère français de la Culture
  57. « Filature, usine de quincaillerie », notice no IA00061078, base Mérimée, ministère français de la Culture
  58. « Usine de quincaillerie dite Manufacture Lherminier, puis S.A. des Tréfileries Françaises, puis S.A. des Etablissements Dassonville et Fatus, puis S.A.R.L. des Etablissements Fatus et Cie », notice no IA00061079, base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. « Usine à gaz », notice no IA00061084, base Mérimée, ministère français de la Culture
  60. « Usine de quincaillerie », notice no IA00061050, base Mérimée, ministère français de la Culture
  61. « Usine de quincaillerie », notice no IA00061076, base Mérimée, ministère français de la Culture
  62. « Usine d'aiguilles de Mérouvel », notice no PA00110688, base Mérimée, ministère français de la Culture Éléments inscrits MH le 06 mai 1987
  63. « Usine d'Ebénisterie », notice no IA00061085, base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. « Tuilerie, Briqueterie », notice no IA00061074, base Mérimée, ministère français de la Culture
  65. « Moulin à foulon dit Moulin à Toile », notice no IA00061125, base Mérimée, ministère français de la Culture
  66. « Historik - Romain Darchy, Seconde Classe, Agent de Liaison 408e Régiment d'Infanterie 2e compagnie » (consulté le 12 novembre 2012)
  67. « Ouest-france.fr - Romain Darchy, héros des deux guerres et de la Résistance - L'Aigle » (consulté le 12 novembre 2012)
  68. « GASO, la banque du blason - L'Aigle Orne » (consulté le 17 octobre 2012)
  69. [PDF] Le cervelas aiglon, un produit protégé
  70. Le cervelas aiglon, un produit protégé
  71. La confrérie du cervelas aiglon est née

 

 


  Vivre dans le territoire...

aiglon 1 cap orne 1 ludotheque 1 mediatheques 1 mpe 1 pole animation 1

Travailler en Pays de L'Aigle

> LE TERRITOIRE

Carte interactive

> L'AGENDA

15
juin

Le Labomylette : un laboratoire artistique et social

« Un ou des artistes investissent une ville, un quartier, un village ou un croisement de routes et empruntent matière à création au quotidien des riverains.

20
juin

Waou, le nouvel ami de l'Ehpad !

Un partenariat innovant et unique entre le Centre Intercommunal d’Action Sociale des Pays de L’Aigle et Les Ecuries d’Am

28
juin

Exposition Jean Alexandre Delattre, sculpteur

« Durant tout l'été, le sculpteur sur métaux Jean-Alexandre Delattre est l'invité de la Communauté de Communes des Pays de L’Aigle pour une exposition exceptionnelle dans les vestiges de l’abbaye de Saint Evroult Notre Dame du bois.

20
août

Les petites mains symphoniques

Un rendez-vous à ne pas manquer avec une soirée Jazz au château de Livet, à 18h30. GRATUIT.

Du côté de Facebook